Les mentors business préparent les incubés à lever des fonds


En plus d’un mentorat créatif et de sessions d’e-learning, Afrique Créative propose aux incubés un accompagnement « business » d’un an pour améliorer la gestion de leur entreprise et booster leur chiffre d’affaire. 9 mentors ont déjà apporté plus de 320 heures de coaching adapté aux réalités de chaque incubé.


Dès novembre 2019, 9 mentors business ont été identifiés au sein des écosystèmes burkinabé, marocain, ougandais et sénégalais, mais aussi en grande partie via le réseau d’Investisseurs et Partenaires (I&P), la structure associée à Africalia, Bayimba Foundation et Zhu Culture dans la mise en œuvre d’Afrique Créative. Ces mentors ont aujourd’hui déjà prodigué plus de 320 heures d’accompagnement. Ce soutien est fort apprécié des entrepreneurs. Crossroads, par exemple, explique avoir pu adopter une pensée plus orientée business grâce à son mentor.

I&P joue un rôle important dans la relation entre les mentors et les mentorés. Ce lien régulier permet d’apporter des réponses adaptées aux besoins et au rythme de chaque incubé. Le coaching permet en outre renforcer les membres du personnel de certaines structures, comme Bazem’se, qui a décidé d’impliquer son équipe pour qu’elle participe davantage au développement de l’entreprise.

Ces derniers mois, en raison de la pandémie mondiale et des mesures internationales qu’elle a engendrées, l’accompagnement s’est davantage orienté vers la gestion de crise. Au-delà de cela, le rôle des mentors business est, plus généralement, de soutenir les entrepreneurs dans la construction d’un business plan solide, afin de les préparer à lever des fonds auprès d’acteurs tels que des investisseurs.

Langages du Sud a mis en place un système de comptabilité analytique et a saisi l’opportunité du soutien business pour rédiger un dossier à remettre à de futurs investisseurs. C’est aussi dans cette optique que Fezah a travaillé avec son mentor : l’entrepreneur a défini avec son mentor une stratégie pour atteindre le seuil de rentabilité et ensuite entrer en relation avec des investisseurs. Kalanexpo a amorcé avec son mentor un travail sur les projections financières dans le but d’élaborer un business plan et répondre à certaines opportunités de levées de fonds déjà identifiées.

Karoninka, Optimiste Produktions et Anya ont retravaillé leurs modèles économiques avec leurs mentors dans l’optique de diversifier leurs sources de revenus, ce qui engendre des questions de prospection et marketing. En parallèle, ces trois structures ont également abordé la question de l’organisation de leur personnel avec leurs mentors (formalisation des contrats, élaboration de l’organigramme, profils de postes, etc.).

Les rencontres entre mentors et mentorés seront encore fréquentes durant les prochains mois. C’est d’autant plus d’opportunités pour les incubés de renforcer la gestion de leur entreprise.
Assurez-vous de ne pas manquer leur évolution en suivant Afrique Créative sur Facebook et Instagram et en vous abonnant à la Newsletter.